Travail parlementaire

Mme Olga Zrihen (PS). – Madame la Ministre, le décrochage scolaire est un sujet sensible et grave. Les SAS constituent un élément fondamental du dispositif éducatif, car ils permettent de porter attention aux jeunes que nous qualifions parfois de NEET (Not in education, employment or training). Ces jeunes disparaissent des statistiques et ne se retrouvent ni dans le système éducatif ni dans les dispositifs de formation ni sur le marché de l’emploi. De plus en plus de jeunes sont dans cette situation, dont nous connaissons les effets à long terme.

Or, les SAS, qui peuvent être un dispositif de récupération et de protection, sont confrontés à des difficultés. Selon les chiffres dont nous disposons, 500 jeunes sont pris en charge annuellement par ces structures, sur les 14 000 qui décrochent. Depuis un an ou deux, nous recevons de nombreux appels au secours de la part des SAS. Nous venons encore d’apprendre que le SAS de Tournai menaçait de fermer ses portes. Cette situation ne doit pas manquer de nous interpeller.

Lire la suite : PFWB - Débat d’actualité sur les difficultés financières des services d’accrochage scolaire (SAS)

Mme Olga Zrihen (PS). – Le mercredi 1er mars, les journaux du groupe Sud Presse affirmaient que les chiffres concernant les exclusions d’élèves en secondaire et en primaire, pour l’année 2015-2016, étaient conséquents. En effet, au cours de cette période, ce ne sont pas moins de 2 405 élèves qui ont été exclus en Fédération Wallonie-Bruxelles, contre 2 104 l’année précédente. À l’inverse, le nombre d’élèves interdits de réinscription a légèrement baissé. Il est de 1 363 pour l’année 2015-2016, contre 1 457 l’année précédente. Ces chiffres confirment l’impact du redoublement sur l’ensemble du parcours scolaire. Il a ainsi été constaté que les élèves ayant redoublé étaient statistiquement bien plus enclins à être exclus de leur établissement. Enfin, l’indiscipline reste le motif d’exclusion principal.

Lire la suite : Question orale de Mme Olga Zrihen à Mme Marie-Martine Schyns, ministre de l’Éducation, intitulée...

Mme Olga Zrihen (PS). - Ce 24 janvier dernier RFI annonçait la libération de quelques 2.500 prisonniers par le gouvernement burundais dans le cadre d’un vaste plan de grâces présidentielle motivé par la nécessité de désengorger les prisons.. La mesure concerne principalement des mineurs, des jeunes mères et pour la première fois, des prisonniers politiques. A ce titre 58 membres de l’opposition ont déjà été libérés.

Les Nations Unies et l’Union européenne avaient déjà demandé au Président d’opérer un programme de grâce présidentielle moyennant un allègement des sanctions à l’égard de Bujumbura.

Lire la suite : Question écrite de Mme Zrihen à M. Demotte, Ministre-Président de la FWB concernant le Plan de...

Mme Olga Zrihen (PS). - Selon l’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne de Luxembourg, l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et Singapour est un accord mixte. C’est-à-dire qu’il ne peut pas être finalisé sans la position conjointe de l’Union européenne, des Parlement nationaux et de l’ensemble des parlements dont les compétences sont concernées par l’accord. L’avis de l’avocat général devra faire l’objet d’une confirmation par la Cour de Justice elle-même au cours des prochains mois. Il s’agira d’un arrêt d’une importance capitale puisqu’il fera office de « jurisprudence » pour les prochains accords de commerce et d’investissement que l’Union européenne aura à négocier.

Lire la suite : Question écrite de Mme Zrihen à M. Demotte, Ministre-Président de la FWB concernant l'avis de...

Mme Olga Zrihen (PS). - Le 13 janvier dernier, le site web de la WBI a publié un nouvel appel à candidatures concernant les bourses d’études en Hongrie pour l’année académique 2017-2018. Ces bourses peuvent être allouées pour des études semestrielles, complètes ou un séjour de recherche. Si la mobilité des étudiants en Europe doit être saluée et encouragée, le maintien d’un tel dispositif avec la Hongrie peut soulever quelques questions éthiques.

En effet, Monsieur Orban au pouvoir en Hongrie depuis 2010, n’a jamais cessé de flirter, voire de dépasser les limites de l’acceptable en proposant et la réhabilitation de la peine de mort, en construisant un mur anti-migrants et, récemment, en organisant un referendum sur l’accueil des migrants.

Lire la suite : Question écrite de Mme Zrihen à M. Demotte, Ministre-Président de la FWB concernant les bourses...

Mme Olga Zrihen (PS). - Madame la ministre, le 31 décembre dernier la convention qui nommait le directeur du centre Keramis arrivait à son terme. Le directeur dont la convention s’est achevée a été l’un des fondateurs du projet. En 2013, alors qu’il était conservateur au Musée Royal de Mariemont, la Fédération Wallonie-Bruxelles l’a détaché à mi-temps afin d’occuper le poste de directeur du centre Keramis pour une période de 3 ans.

En 2016, un audit financier réalisé par la Fédération a validé l’octroi d’un subside de 340.000 € pour le centre Keramis. Cependant, ce budget ne comprenait pas de salaire de directeur.

Lire la suite : Question écrite de Mme Zrihen à Mme Schyns, ministre de l'Education concernant le renouvellement...

Mme Olga Zrihen (PS). – Mes collègues ont largement parlé du cadre de la question, à savoir la carte blanche du 26 janvier rédigée par plusieurs professeurs d’université et enseignants. La grande question est celle de l’avenir du cours d’histoire au sein du Pacte d’excellence.

Nous sommes tous conscients du fait que connaître son histoire, c’est aussi se donner un avenir. De même, travailler sur différents dispositifs est extrêmement important. Deux propositions existent en la matière; il y a donc une alternative. Le fait que l’approche interdisciplinaire du cours d’histoire n’est exercée dans aucun des systèmes scolaires reconnus pour leur approche pédagogique innovante, comme la Finlande ou le Québec, étonnera peut-être les auteurs de cette question. Elle a donc toute son importance puisque les cours d’histoire, de géographie, de sociologie et d’économie politique sont au cœur de tous les dispositifs que nous voulons associer à notre cours de philosophie et citoyenneté. Nous sommes en effet bien conscients du fait que ces quatre piliers permettent une approche tout à fait différente, ouverte et innovante de l’enseignement.

Lire la suite : Question orale de Mme Olga Zrihen à Mme Marie-Martine Schyns, ministre de l’Éducation, intitulée...

Mme Olga Zrihen (PS). – Le 4 février s’est tenu le programme CLISE 2017. Il y aura un deuxième volet le 8 février. Il s’agit de deux journées de conférences et d’échanges de pratiques autour du thème de la «classe inversée». Le but est de décentraliser et de démultiplier l’esprit du Congrès de la classe inversée. Il s’agit d’un congrès scientifique, dont l’objectif est la mutualisation et la mise en commun des expériences par des praticiens: enseignants, directeurs d’école et chercheurs.

Lire la suite : Question orale de Mme Olga Zrihen à Mme Marie-Martine Schyns, ministre de l’Éducation, intitulée...

Mme Olga Zrihen (PS). – Le 12 janvier dernier, le site «enseignement.be» publiait un communiqué de l’association «100 000 entrepreneurs». Ce communiqué propose aux enseignants de solliciter l’association en vue d’inviter des entrepreneurs à témoigner dans les salles de classe. Cela rejoint un peu la proposition de Mme Warzée-Caverenne. L’association vise la sensibilisation des jeunes de 13 à 25 ans aux possibilités de l’entrepreneuriat, à un choix de vie professionnelle ainsi qu’à des mécanismes et des fonctions telles quelles se réalisent dans l’entreprise. Un des objectifs principaux est de mettre en exergue l’utilité concrète des matières qui sont enseignées à l’école. Beaucoup d’élèves ont l’impression qu’il y a une déconnexion totale entre la vie réelle et ce qui se passe à l’école. À la suite de l’intervention de l’association, les enseignants, les élèves et les entrepreneurs sont invités à formuler un retour ainsi que des remarques à l’égard de la (séquence de) formation qui a été dispensée.

Lire la suite : Question orale de Mme Olga Zrihen à Mme Marie-Martine Schyns, ministre de l’Éducation, intitulée...

Mme Olga Zrihen (PS). – Madame la Ministre, le 23 janvier, vous avez eu l’occasion de présenter les résultats de la coupole «Alliance Culture-École» au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles en compagnie de la ministre de la Culture, Mme Alda Greoli. Il s’agit d’un dispositif central dans le cadre de Bouger les lignes et d’un axe important du Pacte pour un enseignement d’excellence, puisqu’il vise à améliorer et à renforcer la collaboration entre le monde de la culture et celui de l’enseignement.
Lire la suite : Question orale de Mme Olga Zrihen à Mme Marie-Martine Schyns, ministre de l’Éducation, intitulée...

 

Question de Mme la Députée Olga Zrihen concernant l’enfermement des mineurs migrants en centres de détention (12 décembre 2016)

Mercredi 30 décembre, le Secrétaire d’Etat à l’Immigration, Théo Francken a présenté sa note de politique générale à la commission de l’Intérieur du Parlement Fédéral. Au sein de cette note figure notamment, la mise en place de logements fermés pour les familles de migrants, enfants mineurs compris, destinées à être rapatriées. Il s’agirait, d’après les mots du secrétaire d’Etat, de « courtes » périodes de détention.

Lire la suite : La note de politique générale de Théo Francken implique d’enfreindre les droits de l’enfant les...

2017, avec Force et Solidarité

Marloie 18/09/1960

Après une formation d’assistante sociale, Christine Mahy crée l’asbl « La Chenille » (1982-1995) au départ d’une école de devoirs et d’animations de quartier à Marche-en-Famenne où vit une communauté turque importante. Dès ce moment, sa préoccupation première consiste à favoriser l’accès à la culture au sens large du terme pour le plus grand nombre, en ville comme à la campagne. Dans le même temps, Christine Mahy travaille à la Maison de la Culture de Marche (1984-1990), avant d’en assurer la direction (1991-1998) : la démocratie culturelle par l’éducation permanente est son crédo. Avec Daniel Seret, artiste-peintre qui dirige l’asbl « Crean » afin de faire entrer l’art en milieu rural, elle constitue le « Miroir vagabond » qui allie action sociale et culturelle. Établie à Hotton depuis 1998, l’asbl peut se prévaloir d’un important travail d’alphabétisation pour obtenir le statut de centre de jeunes et organisme d’insertion socioprofessionnelle ; Ch. Mahy y est désormais employée. Depuis 2003, le « Miroir vagabond » est l’opérateur du « contrat de pays » liant les six communes de Hotton, Rendeux, La Roche, Houffalize, Vielsalm et Gouvy dans un projet de développement socioculturel.


Convaincue qu’il est indispensable de faire évoluer la société vers plus d’équité, pour enrayer les phénomènes de pauvreté, en faveur d’une société plus collective et consciente de l’enrichissement des différences, et de l’importance de la prise en compte des minorités, Christine Mahy s’investit dans l’asbl Centre de Médiation des Gens du Voyage en Wallonie, et dans le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté dont elle prend la présidence en 2005. L’attribution à Ch. Mahy du prix Bologne-Lemaire de Wallonne de l’année 2005 rend hommage « à une actrice exemplaire de l’action socioculturelle en Wallonie, promotrice d’une action globale de développement local et régional en milieu rural touchant l’ensemble de la population ».
En 2012, elle est élevée au rang de chevalier du Mérite wallon.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Fonds Fondation Bologne-Lemaire

 Paul Delforge, octobre 2011

Etudie les politiques de l’emploi, en y incluant un ensemble d’interventions publiques conditionnant l’emploi (évolutions du droit du travail, politiques sociales, politiques familiales…). Analyse ces politiques en s’appuyant sur des comparaisons internationales. Contribue à l’évaluation de la mise en œuvre et de l’impact des politiques, avec des méthodologies variées, tant quantitatives que qualitatives.

[Extrait de http://www.cee-recherche.fr/organisation-de-la-recherche/equipes-de-recherche/bernard-gomel]